Le roi Mohammed VI a prononcé un discours à la nation le 31 juillet alors que la nation nord-africaine célébrait le 22e anniversaire de l’accession du roi au trône. Le discours est historique dans la mesure où il constitue un cri sincère de coopération et de réconciliation envers le voisin du Maroc, l’Algérie. C’était un cri pour enterrer les haches de guerre, laisser le passé être révolu et lutter ensemble pour réaliser l’unité, l’intégration régionale et le bon voisinage.

Par ce discours, le roi Mohammed VI appelle l’Algérie à rouvrir les frontières – qui sont fermées depuis 1994 – et à travailler ensemble pour parvenir à la prospérité et à la paix pour les deux peuples.

Ce qui frappe dans ce discours, c’est son côté altruiste et humain : le Roi parlait le langage du cœur, mais le faisait de manière candide et sincère. Il a réitéré sa profonde conviction que les Algériens et les Marocains sont des frères et sœurs, unis au fil des siècles par les liens de la géographie, de la culture, de la politique et de l’histoire.

Ainsi, les deux pays ont le droit d’ouvrir leurs frontières, comme le stipule le droit international, et la Convention de l’Unité du Maghreb signée en 1987 à Marrakech, qui appelle à la libre circulation des biens, des personnes et des capitaux.

Le roi du Maroc appelle à une approche sage des relations entre les deux pays, qui consiste à dépasser les stéréotypes et les préjugés, en mettant fin à la rhétorique médiatique qui donne une mauvaise image des deux pays sur la scène internationale. Ainsi, l’ouverture des frontières et la reprise des relations politiques et économiques seront très probablement à la hauteur des aspirations des deux peuples qui se considèrent comme des « khawa khawa » (frères et sœurs).

Le Kin Mohammed VI a déclaré que l’ennemi est ailleurs, à savoir dans les menaces et les défis communs de l’immigration illégale, de la traite des êtres humains, du terrorisme et du crime organisé. Les deux pays ont chacun les moyens et les capacités pour faire face à ces défis, mais ensemble ils pourraient les déraciner plus facilement.

Sur le plan économique, les deux pays pourraient se compléter et jouer un rôle de leadership dans la construction d’un espace de croissance et de prospérité en Afrique du Nord et au Sahel. Le Maroc et l’Algérie pourraient jouer le rôle que l’Allemagne et la France ont joué après la Seconde Guerre mondiale dans la construction, l’unification et la démocratisation de l’Europe.

Les dirigeants des deux pays devraient, selon le roi Mohamed VI, saisir cette opportunité pour créer un moment historique de vérité, où les deux pays pourraient se pencher sur leur histoire commune, sur leurs affinités culturelles et sur les interactions sociales entre les deux peuples, pour construire un espace intégré de bien-être, de paix et de liberté.

L’histoire rend possibles les opportunités offertes par le destin. Il appartient aux peuples et aux dirigeants des deux pays de répondre à cet appel de l’histoire et de surmonter les petits problèmes – en regardant vers l’avenir et en investissant dans une grande vision de deux puissances régionales menant d’autres nations vers la paix et la prospérité.

Cette vision est pratique et réalisable, à condition que les deux pays surmontent leur méfiance et leur peur mutuelles pour embrasser l’avenir avec des frontières ouvertes, des cœurs ouverts, des bras ouverts et un sens global de l’histoire, de l’espoir et du destin.

Maghrébins du Canada
Maghrébins du Canada

Maghrebins.ca est un portail dédié à informer la communauté maghrébine au Québec et au Canada. Conçu pour servir un bassin de plus de 210 000 maghrébins. Celui-ci comprend et réunit des marocains, des algériens, des tunisiens et bien d’autres communautés!